Santé

Dépistage de cancer : comment ça marche ?

Le dépistage est le processus qui consiste à rechercher un cancer (ou des troubles pouvant conduire à un cancer) chez des personnes qui ne présentent aucun symptôme. Le dépistage du cancer peut aider les médecins à détecter et à traiter de nombreux types de cancer à un stade précoce.

Certains types de cancer peuvent être considérablement réduits en adoptant des habitudes de vie saines et en effectuant des contrôles de dépistage fréquents.

Facteurs de risque liés au cancer

Il est difficile de déterminer avec précision pourquoi une personne développe un cancer et une autre non. Toutefois, des études ont démontré que certains facteurs de risque augmentent les chances d’une personne de contracter un cancer. (Il existe également certains facteurs associés à un risque de cancer plus faible).

Si vous avez des antécédents familiaux de cancer, vous êtes plus susceptible d’avoir un cancer, et si vous avez déjà eu un cancer, vous êtes plus susceptible d’en avoir un autre. Si vous présentez un risque élevé, demandez à votre médecin quels sont les tests de dépistage du cancer qui vous conviennent le mieux et quel est le calendrier recommandé.

La détection précoce est cruciale.

La détection précoce est cruciale car il peut être plus facile de traiter un tissu aberrant ou un cancer s’il est découvert tôt. Au moment où les symptômes apparaissent, le cancer peut s’être propagé, rendant le traitement plus difficile.

Les patients ont plus de chances de recevoir un traitement plus efficace avec moins d’effets secondaires lorsque les tests de dépistage sont utilisés pour découvrir les tumeurs malignes à un stade précoce. Les patients dont les tumeurs sont détectées tôt et traitées rapidement ont plus de chances d’y survivre que ceux dont les tumeurs ne sont pas découvertes avant l’apparition des symptômes.

Tests de dépistage du cancer

Plusieurs tests de dépistage du cancer se sont avérés capables de détecter le cancer à un stade précoce et de minimiser la probabilité d’en mourir. Parmi ces tests figurent :

La coloscopie, la sigmoïdoscopie et les tests de recherche de sang occulte dans les selles (RSOS) à haute sensibilité. On a constaté que tous ces tests réduisaient le nombre de décès dus au cancer colorectal. La coloscopie et la sigmoïdoscopie contribuent également à la prévention du cancer colorectal en détectant les excroissances anormales du côlon (polypes) qui peuvent être enlevées avant qu’elles ne deviennent cancéreuses.

Le dépistage du cancer du poumon par tomographie hélicoïdale à faible dose a permis de réduire le nombre de décès dus au cancer du poumon chez les gros fumeurs âgés de 55 à 74 ans.

Mammographie : On a constaté que cette forme de dépistage du cancer du sein réduisait la mortalité chez les femmes âgées de 40 à 74 ans, en particulier celles de 50 ans et plus.

Les tests Pap et les tests de dépistage du virus du papillome humain (VPH) – Ces tests aident à prévenir le cancer du col de l’utérus en identifiant et en traitant les cellules anormales avant qu’elles ne deviennent cancéreuses. Les décès dus au cancer du col de l’utérus sont également réduits. Dans la mesure où les résultats récents sont normaux, les tests devraient commencer à l’âge de 21 ans et cesser à l’âge de 65 ans.

La plupart des polices d’assurance maladie couvrent intégralement tous ces tests. Vérifiez auprès de votre compagnie d’assurance quels sont ceux qui sont couverts sans frais supplémentaires.

Il existe d’autres tests supplémentaires de dépistage du cancer qui sont employés, même s’ils peuvent nécessiter des tests supplémentaires de dépistage du cancer. Voici quelques-unes de ces méthodes de dépistage :

Test sanguin de l’alpha-foetoprotéine : Ce test est parfois effectué en conjonction avec une échographie du foie pour essayer de détecter précocement le cancer du foie chez les patients qui présentent un risque élevé.

IRM du sein :Ce test d’imagerie est couramment effectué chez les femmes qui présentent une mutation délétère des gènes BRCA1 ou BRCA2 ; ces personnes ont un risque plus élevé de cancer du sein ainsi que d’autres cancers.

Test CA-125 : Ce test sanguin, qui est généralement associé à une échographie transvaginale, peut aider à détecter précocement le cancer de l’ovaire, en particulier chez les femmes qui présentent un risque élevé de développer ce type de cancer. Bien que ce test puisse faciliter le diagnostic du cancer de l’ovaire chez les femmes qui présentent des symptômes et qu’il puisse être utilisé pour évaluer la récurrence du cancer chez les femmes qui ont déjà été diagnostiquées, il n’a pas été prouvé qu’il s’agissait d’un test de dépistage utile du cancer de l’ovaire.

Auto-examens réguliers des seins et examens cliniques des seins – Il n’a pas été prouvé que les examens réguliers des seins effectués par des professionnels de la santé ou par les femmes elles-mêmes réduisaient le nombre de décès dus au cancer du sein. Il est crucial de faire examiner minutieusement une bosse ou tout autre changement inattendu dans le sein si une femme ou son professionnel de santé le découvre.

Le test PSA : Ce test sanguin, qui est fréquemment associé à un toucher rectal, permet de détecter précocement le cancer de la prostate.

Les examens de la peau : Les médecins conseillent fréquemment aux personnes présentant un risque de cancer de la peau d’examiner leur peau ou de la faire examiner régulièrement par un professionnel de la santé.

Échographie transvaginale : Cette technique d’imagerie, qui permet de produire des images des ovaires et de l’utérus d’une femme, est parfois utilisée chez les femmes qui présentent un risque plus élevé de cancer de l’ovaire (en raison d’une mutation BRCA1 ou BRCA2 délétère) ou de cancer de l’endomètre (en raison d’une mutation BRCA1 ou BRCA2 dangereuse) (parce qu’elles sont atteintes d’une maladie appelée syndrome de Lynch).

Coloscopie virtuelle : Ce test permet d’examiner le côlon et le rectum depuis l’extérieur du corps.

Si le dépistage du cancer présente de nombreux avantages, il comporte également de nombreux inconvénients. Tous les tests de dépistage ne sont pas bénéfiques, et la majorité d’entre eux comportent des dangers. Il est essentiel de comprendre les dangers du test et de savoir s’il a été prouvé qu’il augmente les chances de survie au cancer.

Les résultats faussement positifs, les résultats faussement négatifs, le surdiagnostic et les problèmes liés au test ne sont que quelques-uns des dangers. Il est bon de parler à son médecin des risques et des avantages des différents tests de dépistage du cancer. Les avantages l’emportent souvent sur les risques, et il est essentiel de demander à votre médecin un résumé détaillé de ce que vous pouvez attendre de chaque test.

Reconnaissez vos menaces

Étant donné que les patients atteints de cancer courent un risque élevé d’avoir un deuxième cancer, il est essentiel que chaque patient comprenne à quel moment il doit passer un test et quelles sont les techniques de dépistage disponibles. Comme le cancer de chaque patient est différent, les directives de dépistage seront différentes. Le type de cancer dont vous êtes atteint, vos antécédents familiaux, votre âge et votre sexe sont autant d’éléments à prendre en compte pour décider du test qui vous convient. Il est essentiel que vous parliez à votre oncologue du dépistage du cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.